Amen ! bigoudène, j'ai la culotte pleine de caramel..

Pardon, je m'égare mais en tapant ce billet, il m'est revenu en mémoire ce slogan que nous scandions à l'heure où nous n'étions que mômes indisciplinés. Pour qui, pour quoi, je ne m'en souviens plus !!

Savez-vous d'où vient ce mot bigoudène ? En fait,  la coiffe de la fin du 19è siècle  était surmontée d'un morceau de broderie en forme de pointe appelé "bigou" et c'est elle qui a donnée son nom au pays bigouden et aux bigoudènes. A cette époque, la coiffe est basse mais ne cessera de prendre de la hauteur, surtout pendant la 2è guerre où elle atteindra 36 cm (on dit que les femmes, privées d'hommes ont voulu montrer leur importance en donnant de la hauteur à leur coiffe).
De nos jours,  la coiffe  est visible dans les groupes folkloriques et avec un peu de chance, si vous vous trouvez à Pont-l'Abbé, peut-être verrez-vous une des dernières bigoudènes coiffées.
Bien qu'au dire de ces dernières,  la coiffe rajeunit, elles ont toutes plus de 80 printemps.
Il faut dire qu'il faut plusieurs heures pour amidonner et repasser chaque spécimen et on comprend aisement le délaissement des nouvelles générations.
La table du monde fait escale en bretagne et pour l'occasion nous demande réaliser une recette bretonne. Mon blog est déjà bien fourni en recette régionale mais celle-ci représente à elle tout seule tout le plaisir sucré de cette région fabuleuse.

Originaire de Pont-l'Abbé, le bigouden contient moins de matières grasses  qu'une galette  et est moins friable qu'un palet . L'ajout de poudre d'amande en fait sa spécificité et est  un bon compromis.
Il faut savoir qu'en bretagne, il n'y a pas une mais des recettes de gâteau car chauque région voire  chaque ville possède sa propre recette de sablés, galettes ou palets.

Les bigoudens

bigouden_1

POUR UNE VINGTAINE DE BISCUITS:

- 500 g farine
- 175 g beurre (si possible 1/2 sel)
- 250 g sucre
- 3 jaunes oeufs
- 100 g crème fraîche épaisse
- 150 g amandes mixées en poudre grossière
- 1 c à soupe de pommeau ou calvados
- sel (uniquement si vous utilisez du beurre doux)
- 1 jaune d'oeuf pour la dorure
- fleur de sel

bigouden_2

PREPARATION  :

Disposer la farine en fontaine dans un saladier.
Au centre, ajouter le beurre ramolli, le sucre, la crème, les jaunes d'oeufs, le sel , l'alcool et l'amande mixée.
Mélanger du bout des doigts jusqu'à obtenir une pâte parfaitement homogène.
Laisser reposer la pâte environ 1 h au frais.
Sortir la pâte et l'étendre au rouleau sur une épaisseur de 1/2 cm. Découper des cercles de 5 cm de diamètre et placer ceux-ci sur une plaque recouverte de papier cuisson beurré.
Badigeonner le dessus d'un jaune d'oeuf dilué dans un peu de lait et une pincée de sel. Strier le dessus à l'aide d'un fourchette
et enfourner th 6 pour une durée de 20 min. Ils doivent ressortir bien dorés.
Si vous aimez le côté fleur de sel, vous ajouterez quelques pépites en cours de cuisson.
Ne pas se fier à la texture à la sortie du four. A ce stade, ils seront encore tendres mais ils vont durcir au refroidissement.
Délicieux à l'heure du café (en bretagne, il n' y a pas d'heure pour consommer cette boisson), ils se conservent très bien dans une boîte en fer.

Source : le grand classique de la cuisine bretonne de Jacques Thorel

------------------------------------------------------------------

Heureusement, il reste les cercles celtiques et nos jeunes pour  perpétuer les traditions. Ici, autre région, autre coiffe, celle du cercle de Nort sur Erdre en pays nantais.

coiffe actuelle en pays nantais

coiffe